Les Cordées de l’Amitié attachent une importance particulière à la mise en place de micro-crédits accordés aux femmes qui contribuent à leur autonomie et leur permettent de faire face à leurs responsabilités. Une quarantaine de nouveaux micro-crédits sont distribués par an, d’un montant variant de 50 à 75 €. Et bien sûr ceux remboursés, sont redistribués.
Depuis 2012, environ 800 femmes ont pu bénéficier de ce dispositif. Les nouvelles demandes restent énormes.

Micro-crédits

L'utilisation des micro-crédits est très variée : ils servent à développer un large éventail de petits commerces : vente de Dolo, de beurre de karité.

Petits commerces

Beaucoup de femmes, appelées dolotières fabriquent le Dolo, boisson traditionnelle entre le cidre et la bière, qu’elles vendent dans les villages ou au marché. C’est particulièrement bon !

Recette locale du Dolo racontée par Séraphine
"La préparation du dolo est longue : 12 jours. Il te faut du mil qu’on appelle sorgho rouge. Tu le mets dans l’eau pendant deux jours puis dans la jarre pendant trois jours afin que ça germe. Ensuite tu le déposes dans une autre jarre pendant deux jours et ça devient le mil-germé. Tu prendras trois jours pour faire sécher les grains au soleil pour que la chaleur arrête la germination. Après il faut aller les écraser dans un moulin pour obtenir de la farine que tu mettras dans l’eau avant de cuire au feu pour 3 à 4 heures. Le lendemain il faut filtrer et cuire encore le jus pendant toute la journée. Le soir, on met le jus dans les jarres et on laisse refroidir avant d’ajouter la levure pour que ça fermente. Le lendemain, ça devient du dolo et les gens viennent acheter pour boire dans la journée car ensuite il est trop fort. L’usage est de boire dans des calebasses."

Le beurre de karité du Burkina Faso est très réputé

Recette locale du beurre de karité
Au Burkina Faso, le beurre de karité naturel est fabriqué par les femmes. La noix de karité est débarrassée de la pulpe pour retrouver l'amande. Celle-ci est lavée et séchée puis concassée manuellement, puis moulue pour arriver à une pâte épaisse.
On la mélangera avec de l'eau pour être barattée. Elle sera ensuite immergée dans de l'eau bouillante pour séparer le beurre des autres composants.
Le beurre récupéré sur la surface est malaxé puis sera cuit pour soustraire l'eau qui reste. Une huile se crée et sera filtrée pour être ensuite conditionnée.
Les Cordées ont financé une presse à karité pour moudre les amandes. Les femmes vendent le beurre au marché ou aussi aux restaurants car l’huile de karité est très utilisée pour la cuisine.

Le petit commerce assure la vente des noix de cola, du soumbala (épice connue pour son odeur forte), du sans oublier les céréales : mil germé, sorgho, riz, arachides, les légumes issus des jardins potagers, les beignets, le bois qui sert à la cuisson, les volailles…

Les femmes font remarquer que les bénéfices leur permettent d’assurer ou de participer à la scolarité de leurs enfants, filles et garçons et de les soigner.

Témoignages à lire dans les bulletins si vous voulez en savoir plus.

noix de kola

Noix de Kola

Elle est le fruit du kolatier, arbres qui pousse en Afrique. Elle est réputée pour ses vertus stimulantes.

soumbala

Soumbala

C'est une épice utilisée au Burkina Faso. Fabriquée avec les graines de l’arbre néré et utilisée en cuisine, le soumbala assaisonne le riz, les légumes.

boules

Le Tô

La farine de mil sert à préparer le tô, pâte qui, agrémentée de sauce, constitue un repas traditionnel prisé.

Aide aux transports

Les micro-crédits sont aussi utilisés pour l'aide aux transports et notamment pour les femmes.

Elles ont fréquemment de 5 à 15 km à parcourir pour aller chercher de l’eau (activité des enfants aussi), pour se rendre au marché vendre leurs produits, pour aller au moulin moudre le mil, les noix de karité…, pour transporter le bois ainsi que le sable et les graviers utiles pour la fabrication du ciment….

De pouvoir posséder une charrette et un âne grâce à un micro-crédit de 460 € est un grand soulagement.

Une vingtaine de micros-crédits pour cet usage sont en place actuellement.

Soutien à l'artisanat

Certains villages ont des spécialités. Celui-ci développe la poterie : les canaris faits par les femmes et les grandes jarres, par les hommes. Celui-là, le tissage. Un autre fabrique le beurre de karité.

Une dizaine de machines à coudre que nous avions achetées ont été reprises en micro crédit et permettent la confection de vêtements traditionnels.

Toutes ses activités artisanales sont soutenues suivant les besoins par l’octroi de micros-crédits, l’achat de matières premières ou de machines.